::Chercher sur le site

... Vers nos amis :

cliquez 
et leur
compte Facebook

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

Facebook TGV Albret

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

LGV : Pierre Camani revoit son avis

30 septembre 2016 - La Dépêche

 

Faut-il croire que le sénateur et président du conseil département Pierre Camani a changé d'avis sur la nécessité du tronçon LGV entre Bordeaux et Toulouse ? Interrogé hier à la suite de la publication d'un rapport du Sénat sur ces lignes à grande vitesse, l'élu dit clairement qu'il «partage les conclusions» de cette analyse.

Ce jeudi, une commission composée à parts égales de sénateurs de droite et de gauche a rendu public un rapport n'allant pas dans le sens des investissements décidés pour la réalisation des LGV en France, dont le tronçon entre la Gironde et la Haute-Garonne (8,5 milliards). Dans le texte, les parlementaires estiment qu'il faut «geler pendant une quinzaine d'années le financement des nouveaux projets» et mettent l'accent sur la nécessité de «la modernisation des réseaux existants.»

Et ces frondeurs de la Haute Assemblée de prendre pour cible une demi-douzaine de projets, dont le double Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse. Pour Pierre Camani, «l'urgence est à l'amélioration du quotidien des usagers des liaisons régionales. Les Français les utilisent beaucoup. En Lot-et-Garonne, nous avons besoin des lignes que sont Marmande — Agen, Agen — Bordeaux ou Agen — Montauban. Oui, il y a d'autres urgences même s'il est nécessaire de réserver le sillon LGV (le tracé, N.D.L.R.) pour l'avenir.»

«Ce rapport va dans le bon sens»

Et le sénateur de Lot-et-Garonne de citer pour l'exemple le travail du député PS de Gironde Gilles Savary, pourfendeur des projets LGV et défenseurs des investissements sur les lignes régionales. «Ce rapport du Sénat va dans le bon sens pour Bordeaux-Toulouse et globalement, la question des lignes à grande vitesse est soulevée par bon nombre de responsables politiques de droite et de gauche. On voit bien les difficultés financières qu'elles engendrent.» poursuit Pierre Camani, qui rappelle que le Lot-et-Garonne «sera à trois heures de Paris à compter de juillet 2017. C'est une grande avancée, le département sera plus accessible.»

Sénateur de Lot-et-Garonne, Henri Tandonnet est aussi vice-président d'Agglo Agen chargé du développement économique et des infrastructures. Pour mémoire, le territoire de l'agglomération d'Agen doit accueillir une nouvelle gare et la plate-forme technique des travaux de la LGV Bordeaux-Toulouse. L'élu, maire de Moirax, n'avait pas franchement pris connaissance du document de ses pairs en début de matinée hier. «Je ne suis toutefois pas très étonné des conclusions de ce rapport. Il existe encore et toujours des questions non résolues sur le financement de ces projets, tout est lié au déficit de la SNCF qui, par ailleurs, n'a pas franchement fait le job pour améliorer le réseau existant.»

« Rien n'est réglé»

La LGV Bordeaux-Toulouse dans le viseur du quarteron de sénateurs ? «Pour le financement de ce tronçon encore, rien n'est réglé. Je fais partie de ceux qui estiment qu'avec les taux très bas du moment, il est temps de négocier ces emprunts à long terme dès maintenant. Le coût de l'argent est très faible et disponible.» La Bordeaux-Toulouse est, ou était, annoncée en 2024.

 

Le Sénat veut geler le financement de lignes TGV

29 septembre 2016 - Le Figaro

L'Etat doit "geler pendant une quinzaine d'années le financement des nouveaux projets de lignes à grande vitesse" (LGV) pour "donner la priorité à la modernisation des réseaux existants", estime un groupe de travail sénatorial dans un rapport publié jeudi. Le projets de LGV reliant Bordeaux à Toulouse et Dax, Poitiers à Limoges et Montpellier à Perpignan "apparaissent comme des investissements excessifs" et leur construction "mérite d'être différée, à tout le moins pendant une quinzaine d'années", affirme le groupe de travail de huit sénateurs de droite et de gauche mis en place en février par la commission des finances du Sénat.

Lire la suite : Le Sénat veut geler le financement de lignes TGV

 

LGV : des initiatives gouvernementales attendues

23 septembre 2016 - France3TVinfo Limousin

Le préfet Pierre Dartout © France3 Aquitaine

© France3 Aquitaine Le préfet Pierre Dartout

 

 

Dans ce dossier il a déclaré : " Le gouvernement sera amené dans les prochaines semaines à prendre des initiatives concernant l' accessibilité de la ville de Limoges. Brive, Périgueux et Cahors peuvent également être concernées." Le préfet a ainsi confirmé les annonces du ministre des transports Alain Vidalies début septembre. Difficile pour le moment de savoir si le gouvernement s'oriente vers une nouvelle déclaration d'utilité publique concernant le projet de LGV Limoges- Poitiers, ou si ces "initiatives" conduiront à l'amélioration de la desserte historique POLT.

   

Conseil municipal du Passage

23 septembre 2016 - Sud Ouest

NdlR- TGV-Albret : comprenez vous la logique de la politique......?

Extrait de l'article http://www.sudouest.fr/2016/09/23/lgv-police-mutualisee-un-conseil-de-rentree-charge-2510853-3603.php

.......Les rivalités politiques ont repris lors du vote d'une subvention de 150 euros pour l'association Alternative LGV, qui souhaite intenter une action en justice contre l'État et l'Agglomération d'Agen après la validation de l'enquête d'utilité publique. Alors que la majorité municipale dénonce le prix exorbitant de ce projet ferroviaire, l'opposition a voté contre cette aide financière. « Même si l'on partage ce combat, nous ne voulons pas que les Passageois financent une association qui mène une action politique contre l'État », précise Sébastien Delbosq pour le Front national.

Partisans de la LGV, les Républicains se sont également prononcés contre cette subvention, tout comme Corinne Griffond. « C'est totalement incohérent de la part du maire qui, dans le même temps, a voté ''oui'' à l'enquête publique de l'Agglomération pour un projet soutenu par le gouvernement socialiste ».......

 

Le gestionnaire de la ligne LGV transfrontalière entre Perpignan et Figuères placé en liquidation judiciaire

16 septembre 2016 - FranceTVinfo

 
 Le tribunal de commerce de Gérone, en Catalogne a mis en liquidation judiciaire le concessionnaire d'une portion de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Paris, Perpignan et Barcelone.Sa dette s'élève à 557,2 millions d'euros.

 

Un TGV espagnol à Perpignan

Un TGV espagnol à Perpignan (PHILIPPE ROUAH / MAXPPP)

Le concessionnaire d'une portion de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Paris, Perpignan et Barcelone a été mis en liquidation judiciaire jeudi matin par le tribunal de commerce de Gérone, en Catalogne, rapporte France Bleu Roussillon. Les États français et espagnol devraient reprendre la gestion de cette partie de la ligne.

Plombé financièrement, le consortium franco-espagnol TP Ferro a été placé en liquiditation judiciaire, faute d'avoir pu renégocier sa dette, qui s'élève à 557,2 millions d'euros.

557,2 millions d'euros de dette

TP Ferro est un consortium formé par le groupe français Eiffage et la société espagnole ACS, qui gèrait l'exploitation de la ligne à grande vitesse entre Perpignan et Figuères, des deux côtés de la frontière franco-espagnole. Cette section comporte notamment le tunnel du Perthus.

TP Ferro, en difficulté depuis des mois, a toujours mis en avant le manque de rentabilité de la ligne, faute de trains en nombre suffisant. Le nombre de passages par jour, en ce qui concerne le fret, n'était notamment pas conforme aux prévisions faites lors de la construction de ce tronçon.

Les États français et espagnol devraient désormais reprendre la gestion du tunnel, pour continuer à assurer le trafic ferroviaire à grande vitesse entre la France et l'Espagne.

   

Page 1 sur 120

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.