::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle

Presse

En avant pour la ligne POLT

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

17 mai 2018 - L'article dans "La Montagne" et commentaire par JP Damaggio

En avant pour la ligne POLT

L'article ci-dessous de La Montagne est très important et très utile mais révèle toujours la même faille : l'absence de mise en relation de la LGV Bordeaux-Toulouse et de la POLT. Tout comme du côté de Bordeaux où parfois on oublie aussi cette mise en relation.

Or la ligne POLT sans Toulouse est comme décapité !

Je ne connais pas la liste des parlementaires qui se sont réunis mais je sais très bien qu'il n'y avait aucun élu du 31. Pour le 82 Valérie Rabault était peut-être présente (la POLT est au cœur de sa circonscription) mais, comme elle le confirme encore le 1er février 2018, elle demande tout, la LGV et le POLT. Or la LGV ne peut qu'assassiner la POLT. Pour ,e fâcher personne des défenseurs de la POLT braquent le projecteur surtout sur Paris-Limoges, voire Paris-Brive ce qui est un non sens.

Oui les Toulousains ont besoin d'une belle ligne POLT pour voyager jusqu'à Paris à moindre coût même si c'est un peu plus long. Cette ligne subit de plein fouet la concurrence du bus car l'autoroute étant gratuite sur une bonne distance, les prix en bus peuvent être plus faibles.

Avec Pierre Ortavent et TEG82 nous avions fait une fois le voyage jusqu'à Limoges pour des Assises du ferroviaire et nous avions vérifié l'importance de la réflexion commune LGV-POLT. Il y a urgence sur ce point. J-P Damaggio

 

Pour lire l'article dans "La Montagne"  : cliquez :

Trois raisons de croire que le dossier du train Paris-Orléans-Limoges-Toulouse va accélérer en 2018

 

   

Article dans France Bleu

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

18 mai 2018 - France Bleu 

Pour lire l'article : cliquez :

Projets de LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse : les opposants vont saisir les juridictions européennes

 

   

GPSO : les "indiens bariolés" ne veulent pas lâcher

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 18 mai 2018 - AQUI 

17/05/2018 | La coordination interdépartementale anti-LGV a réuni la presse ce jeudi 17 mai à Bordeaux pour évoquer les éventuels recours à venir contre le projet GPSO.

Coordination interdépartementale anti-lgvLe 11 avril dernier, le Conseil D'État a tranché en faveur du projet de LGV-GPSO censé relier Bordeaux à Toulouse et à Dax (en 2027 ou au delà de 2037, selon les versions...) en rejetant l'ensemble des recours déposés par les opposants. Depuis, quelques trains sont passés sous des ponts, mais visiblement les associations anti-LGV préparent déjà la coup d'après. Ce jeudi, plusieurs représentants se sont réunis à Bordeaux pour engager une première description de la forme que ce dernier allait prendre.

Si les riverains de la LGV Bordeaux-Tours ont visiblement adoré le dernier épisode de grève des cheminots, la Coordination Interdépartementale anti-LGV, elle, ne cesse pas la fronde sur Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Pourtant, en signalant que le Conseil D'État a tranché, le 11 avril dernier, en rejetant les sept recours déposés contre le projet GPSO demandant l'annulation de la déclaration d'utilité publique, on aurait pu se dire que l'affaire était entendue. Pas vraiment, en fait. D'abord parce que cette décision, les collectifs la jugent au mieux "décevante", au pire "bâclée et d'une pauvreté juridique assez déplorable. C'est une décision avant tout politique dans la mesure ou elle survole les arguments et ne suit même pas sa propre jurisprudence sur la ligne Poitiers-Limoges" (pour laquelle la Conseil d'État avait notamment également déploré l'absence de schéma précis sur le mode de financement), soulignait ce jeudi matin Pierre Hurmic, un des avocats chargé de ce dossier tentaculaire, au moment d'annoncer la suite des actions, après un petit coup de blues.

Dernier recours

Lire la suite : GPSO : les "indiens bariolés" ne veulent pas lâcher

   

Les anti-LGV voient la ministre

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

19 mai 2018 - Petit Bleu

Claude Semin, Raymond Girardi et Michel Ponthoreau, le maire de Fargues-sur-Ourbise. Les anti-LGV ne désarment pas. / Photo S.B.

 

Claude Semin, Raymond Girardi et Michel Ponthoreau, le maire de Fargues-sur-Ourbise. Les anti-LGV ne désarment pas. / Photo S.B.

 

Assommés par une décision administrative qu'ils jugent «politique», les anti-LGV d'ici ont écrit à Macron et rencontrent la ministre des Transports le 25 mai.

Dans une semaine, les associations qui militent contre la LGV Bordeaux-Toulouse vont utiliser le TGV pour une rencontre à Paris avec la ministre des Transports Elizabeth Borne. But de la visite, défendre l'idée comme le font ses porte-parole depuis sept ans que les lignes existantes peuvent être aménagées en lieu et place d'une LGV à 10 milliards d'€, aujourd'hui non financée mais toujours annoncée dans les dix ans. à venir. «Avec ces aménagements, d'un coût moins élevé(environ 2 milliards, N.D.L.R) la perte de temps n'est que de douze minutes entre Toulouse et Bordeaux» signalent-ils. Hier, des représentants de la coordination 47 «pour le TGV sur les voies existantes» ont remis à la préfecture une copie d'un courrier adressé à Emmanuel Macron. Un document de deux pages où les anti-LGV citent le Chef de l'État dans un discours du 1er juillet 2017. «Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c'est celui des transports du quotidien, c'est celui de l'ensemble des mobilités prioritaires à mes yeux.» Ils citent également le président de la SNCF Guillaume Pépy. «Nous allons mettre le paquet, non pas sur de nouvelles LGV, mais sur les trains du quotidien.» Ils demandent au Président de la République «d'abandonner ce projet de ligne à grande vitesse au profit de la modernisation des lignes existantes entre Bordeaux et Toulouse, entre Bordeaux et l'Espagne.

 

Lire la suite : Les anti-LGV voient la ministre

   

"On gagnera au points !"

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

18 mai 2018 - Sud Ouest

Cliquez l'image pour agrandir

image003

 

   
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 9 sur 93

Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.