::Chercher sur le site

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle

Presse

LGV en Sud-Gironde : « Il y aura des gens dans les arbres »

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

13 juin 2021- Sud Ouest du 11 juin 2021 

LGV en Sud-Gironde : « Il y aura des gens dans les arbres »

Dans le Cubzaguais, la LGV Bordeaux-Tours inaugurée en 2017 passe sous les fenêtres des maisons.© Crédit photo : Archives Jérôme Jamet

En Sud-Gironde, les opposants dénoncent une politique des métropoles au détriment des territoires ruraux
 

Les opposants à la ligne LGV vers Toulouse et l’Espagne n’ont de cesse de rappeler l’avis défavorable rendu par l’enquête publique en 2014. « Plus de 14 000 contributions avaient été apportées lors de cette enquête, seulement 7 % étaient favorables au projet », souligne Denise Cassou, présidente du Collectif vigilance LGV Gironde. Sur le terrain, il est vrai que les banderoles de bienvenue à la LGV, on n’en croise pas en Sud-Gironde.

Deux ans plus tard, le Conseil d’État ne tenait pas compte de l’avis négatif et déclarait le projet d’utilité public. « On sait que c’est un projet qu’ils ne veulent pas lâcher. » Plutôt qu’une nouvelle ligne, la militante préconise « la modernisation et une gestion optimisée de celle existante vers Toulouse ».

En Sud-Gironde, territoire concerné par environ 70 km de tracé, quatre ou cinq maisons seront rasées. Plus nombreuses seront celles qui devront vivre avec la LGV sous leurs fenêtres. « Les gens ne seront pas expropriés. Mais leur qualité de vie sera dégradée, leur propriété sera invendable. Ils seront condamnés », décrit Dominique Orgeron, membre du collectif et habitante de Landiras dont la maison est sur le tracé.

« Une fabrique à gilets jaunes »

Lire la suite : LGV en Sud-Gironde : « Il y aura des gens dans les arbres »

   

Réponses à notre lettre du 28 mai 2021 par les candidats aux élections

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

14 juin 2021- Message de Charles D'Huyvetter 

 

Bonjour ,

A partir de demain vous trouverez sur notre site les réponses des différent(e)s candidat(e)s aux départementales sur le sujet de la LGV.

Les réponses favorables aux lignes nouvelles ou favorables à la modernisation des voies existantes.

 

Charles D'Huyvetter - Président de TGV en Albret

 

   

Une réaction splendide par un de nos membres

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

29 mai 2021 - Claude Rozes ( membre de TGV en Albret)

 

 

....Bravo, ce que vous dites est plus que censé, ce que vous faites pose la véritable réalité de économique régionale, la véritable réalité de la politique régionale.

Quelle est la finalité de ce projet pharaonique en dehors de satisfaire les investisseurs que sont, les grands groupes du BTP, de différentes banques qui se rémunéreront sur engineering financière du projet, sur la rémunération les capitaux qu’elles auront engagés (qui de toute façon seront garantis par l’Etat, donc nos impôts).

Que ces investisseurs privés soient des vrais investisseurs, qu’ils soient grands, qu’ils assurent le financement de ce projet dont leurs études en prouve l’impérieuse nécessité, qui à leurs yeux, à leur ressenti semble indispensable. Dans ce projet qui leur tient tant à coeur, qu’ils y injectent leurs fonds propres et des prêts qu’ils n’obtiendront que si ils engagent suffisamment de fonds propres et si ils donnent suffisamment de garanties. 

Ainsi, les subventions venant de l’Europe, de l’Etat, des Régions, des Départements des villes pourront certainement être engagées pour rénover, nos routes, nos canaux, nos hôpitaux, nos facultés, nos lycées, nos collèges, nos écoles, donc assurer des investissements utiles, nécessaires.  Ainsi, ils ne serviront certainement pas à financer des équipements surdimensionnés comme l’ont été la nouveau stade où évoluent les Girondins de Bordeaux, différents autres projets où l’Etat ou les Régions n’ont pas voulu assurer la maîtrise d’ouvrage, mais en en ont tout de même garanti le remboursement des prêts, voire même l’équilibre d’exploitation.  

Lire la suite : Une réaction splendide par un de nos membres

   

Lien vers article Sud Ouest

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

29 mai 2021 - Sud Ouest 

 

Cliquez pour lire l'article dans le Sud-Ouest : Courrier aux candidats d'élections

   

Lot-et-Garonne : les anti-LGV écrivent aux candidats des deux scrutins

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

29 mai 2021 - La Dépêche 

NdlR-TGV Albret : pour lire la letttre dans son intégralité: voir le prochain article.

 

Les courriers sont postés. Les élus destinataires ont jusqu’au 10 juin pour répondre.

Les courriers sont postés. Les élus destinataires ont jusqu’au 10 juin pour répondre.Photo DDM

Ils veulent que cela devienne un sujet de campagne. Les anti-LGV ont rédigé un courrier qu’ils ont adressé 83 candidats aux départementales et régionales ce vendredi 28. 83 ? "On les envoie aux candidats de la dizaine de cantons traversés par la LGV, d’est en ouest, plus la Confluence, plus Marmande", liste Charles D’Huyvetter, président de l’asso TGV en Albret. "Et on interpelle les leaders pour les régionales."

Couplée à une communication médiatique, ils souhaitent que l’initiative oblige chacun à se prononcer. "Un simple envoie n’aurait pas eu d’écho", avance Charles D’Huyvetter. "Il ne faut pas sous-estimer les petites actions. On les additionne depuis dix ou onze ans et c’est la somme de ces petites actions qui fait qu’aujourd’hui on a l’opinion publique avec nous."

Long de trois pages, ledit courrier s’ouvre sur une question simple à choix multiple afin de connaître la position du destinataire au sujet de la LGV, avec une invitation à préciser sa pensée. Une case "si vous êtes favorable à cette ligne", une autre "si vous êtes favorable à la modernisation des voies existantes".


Par la suite, les anti-LGV argumentent leur position, chiffres à l’appui, puis proposent une alternative : "La modernisation de la ligne actuelle". Et de développer : "L’électrification de la ligne actuelle permet des vitesses de 220km/H. La vitesse actuelle de 126km/h pourrait passer à 170km/h de moyenne avec des pointes en fonction de tronçon à 180,200,220km/h. Cette alternative ferait gagner 30 minutes entre Bordeaux et Toulouse".

En fin de courrier, les militants demandent une réponse avant le 10, soit dix jours avant les scrutins. "La campagne, c’est le seul moment de la vie des élus en général, où ils sont un petit peu accessibles, un petit peu à l’écoute", estime Charles D’Huyvetter. "Beaucoup de gens veulent connaître les positions des élus au sujet de la LGV." Présent à ses côtés et également opposant à la LGV, Jean-François Garrabos, maire de Feugarolles lui répond, amusé : "Il exagère... Mais il a raison".


Étienne Estarellas

 

   
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 2 sur 107

Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.