::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle Vous reconnaissez l'histoire .............?

Vous reconnaissez l'histoire .............?
Envoyer Imprimer PDF

4 septembre 2019 - Le Figaro

Grande-Bretagne: retard de plusieurs années pour le projet de ligne à grande vitesse HS2

Le pharaonique projet de ligne à grande vitesse High Speed 2 au Royaume-Uni va avoir plusieurs années de retard et coûter autour de 20 milliards de livres de plus que prévu, a annoncé mardi le gouvernement britannique.

» LIRE AUSSI - Londres réexamine le projet de ligne à grande vitesse HS2

Cette ligne est censée mettre Londres à environ cinquante minutes de Birmingham au centre de l'Angleterre, contre une heure et demie actuellement, avant une extension prévue plus au nord jusqu'à Manchester.

Mais ce projet ferroviaire, présenté comme le plus important d'Europe par la presse britannique, est controversé, compte tenu de l'ampleur des travaux nécessaires, de sa facture faramineuse ou encore du manque de transparence dans sa gestion.

«Le président ne pense pas que le calendrier actuel de 2026 pour la mise en service de la première phase soit réaliste», a annoncé le ministre des Transports Grant Shapps dans une déclaration écrite au Parlement.

Désormais, les dirigeants du projet tablent sur une ouverture de la première partie de la ligne, vers Birmingham, entre 2028 et 2031, a précise le ministre. La seconde partie, vers Manchester et Leeds, sera opérationnelle entre 2035 et 2040, alors que sa mise en service était prévue jusqu'alors en 2033.

Le budget total va quant à lui grimper pour atteindre entre 81 et 88 milliards de livres, soit une vingtaine de milliards de plus que la facture estimée jusqu'à présent à 62,4 milliards, selon des chiffres ajustés de l'inflation.

Les milieux économiques ont également fait part de leur préoccupation, à l'image des Chambres de commerce britanniques, estimant que les entreprises «vont être déçues d'attendre plus longtemps avant de voir les bénéfices de ce projet indispensable».

Le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson n'a pourtant pas exclu de renoncer à ce projet compte tenu du coût et des travaux colossaux requis.

L'exécutif a ordonné la semaine dernière un réexamen complet par Douglas Oakervee, ancien président de HS2 (2012-2013) qui devra rendre ses conclusions cet automne. Ce rapport indiquera au gouvernement si HS2 doit se poursuivre, être modifié, ou tout simplement arrêté.

 
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.