::Chercher sur le site

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle Lot-et-Garonne : la LGV va écraser son entreprise agricole déjà impactée par l’autoroute en 1975

Lot-et-Garonne : la LGV va écraser son entreprise agricole déjà impactée par l’autoroute en 1975
Envoyer Imprimer PDF

15 octobre 2021 - Sud Ouest 

https://www.sudouest.fr/lot-et-garonne/montesquieu/lot-et-garonne-la-lgv-va-ecraser-son-entreprise-agricole-deja-impactee-par-l-autoroute-en-1975-6562137.php

Lot-et-Garonne : la LGV va écraser son entreprise agricole déjà impactée par l’autoroute en 1975

Les opposants à la Ligne à grande vitesse pensent à l’organisation d’une mobilisation régionale en Lot-et-Garonne.© Crédit photo : Loïc Déquier

Les opposants au projet ferroviaire se sont réunis jeudi 14 octobre, à Montesquieu, devant la ferme de Pascal Roques, appelée à disparaître si la ligne se fait

L’histoire se répète pour Pascal Roques. « En 1975, c’est l’autoroute qui a exproprié mon père. Il a dû déplacer des bâtiments. » Ces édifices sont désormais placés sur le tracé de la future ligne à grande vitesse. Le sort de ces arboriculteurs, dont l’activité est à 80 % soutenue par la vente directe, est scellé : le train va les biffer de la carte.

Il n’en fallait pas plus aux opposants à la LGV et partisans de la modernisation de la ligne existante pour faire de l’entreprise agricole de Montesquieu un exemple de cette défiguration du paysage qu’ils dénoncent. Jeudi 14 octobre, tous se sont donc rassemblés à l’entrée de la ferme aux 30 hectares, sous le portique gonflable du collectif Très Grande Vigilance en Albret.

« Quel intérêt ai-je à poursuivre mon activité dans ces conditions ? Je voulais vendre mais qui viendrait investir ici ? », se désole l’agriculteur qui espère maintenant le soutien des élus. « La LGV ne passera pas sur tous les territoires, mais elle va passer dans tous les portefeuilles », prévient Jean-François Garrabos, maire de Feugarolles, où se tiendra une prochaine manifestation le 20 octobre, sur le site d’un potentiel viaduc.

Pour le « Polt »

« On a deux mois pour motiver les troupes avant la fin du tour de table financier annoncé par Alain Rousset. On espère que cela va faire boule de neige. Ce projet est cher, inutile et son impact sur l’environnement catastrophique, plaide Charles d’Huyvetter. On le fait pour les grandes métropoles sans mesurer combien il va défavoriser les territoires intermédiaires comme le Lot-et-Garonne. L’immobilier va flamber. »

SUR LE MÊME SUJET
LGV en Lot-et-Garonne : des comptes à régler

LGV en Lot-et-Garonne : des comptes à régler

Très loin d’avoir bouclé le tour de table pour le financement de la LGV à l’inverse de la Région Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine doit purger de vieux comptes et clarifier la situation. En Lot-et-Garonne, les élus attendent un signe
SUR LE MÊME SUJET
Financement de la LGV : Pourquoi Villeneuve et Marmande ne paieraient pas ?

Financement de la LGV : Pourquoi Villeneuve et Marmande ne paieraient pas ?

En Occitanie, des territoires qui ne sont pas traversés par la LGV contribuent au financement

Pour le collectif opposé à la LGV, si l’on veut permettre aux Occitans de rallier Paris plus rapidement, il faut tirer par le Polt : « Passer par Bordeaux, c’est 157 km de plus. Le chemin de plus court, c’est Paris, Orléans, Limoges, Toulouse (Polt). On a la conviction d’être dans la bonne direction, maintenant il faut convaincre les autres », résume ce propriétaire avant de rappeler l’argument massue : « Réhabiliter, c‘est 2,5 milliards d’euros. La LGV, c’est presque quatre fois plus. »

 
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.