::Chercher sur le site

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle ...et dans les Pyrénées Atlantiques ......

...et dans les Pyrénées Atlantiques ......
Envoyer Imprimer PDF

23 octobre 2021 - Sud Ouest 

Pyrénées-Atlantiques : les élus départementaux étrillent le projet de LGV présenté par le gouvernement

Pyrénées-Atlantiques : les élus départementaux étrillent le projet de LGV présenté par le gouvernement

La prochaine session du Conseil départemental se tiendra le 16 décembre.© Crédit photo : Quentin Top

Réunis en session ce vendredi 22 octobre, les conseillers dénoncent une participation de 305 millions d’euros trop élevée. Ils demandent une liaison poursuivie au-delà de Dax (40), jusque dans le département. D’autres élus s’opposent au principe même du projet
 

« Méthode exécrable », « indécent », « copie à revoir ». Réunis en session ce vendredi 22 octobre à Pau, les conseillers départementaux des Pyrénées-Atlantiques n’ont pas ménagé le projet de ligne à grande vitesse (LGV) présenté par le gouvernement. Celui-ci prévoit une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Toulouse ainsi qu’entre Bordeaux et Dax, à horizon 2039. Avec une facture partagée entre les collectivités. Coût prévisionnel pour le Conseil départemental : 305 millions d’euros, dont 91 millions par la mise en place d’une nouvelle taxe locale sur les bureaux.

La somme a fait surchauffer plus d’un costume du Parlement de Navarre. « La maquette financière est inacceptable », considère le président du Conseil départemental, Jean-Jacques Lasserre (Forces 64, centre droit). « Cela représente trois ans de notre budget d’investissement, s’offusque le chef du groupe de droite rattaché à la majorité, Max Brisson. Pour les Hautes-Pyrénées, cela correspond à la moitié d’une année. » Le sénateur dénonce une « insupportable participation fiscale », tout en réaffirmant que son groupe est favorable à une LGV jusqu’à Bayonne et Pau.

SUR LE MÊME SUJET
LGV : Pau estime, elle aussi, sa contribution trop élevée

LGV : Pau estime, elle aussi, sa contribution trop élevée

Comme le Département ou les collectivités voisines, Pau s’interroge sur le montant de la participation aux travaux de LGV vers le sud de Bordeaux. François Bayrou sera très regardant sur l’engagement financier réclamé à sa collectivité

Les élus du 64 n’ont pas oublié que le Département avait participé au financement de la portion entre Tours et Bordeaux : « Nous avions payé 53 millions pour un gain de trajet d’une heure », souligne Max Brisson. Le gain de temps annoncé par la SNCF avec la nouvelle liaison LGV pointe à 20 minutes sur le trajet Paris-Bayonne (1).

« Cela fait cher la minute », grince Yves Salanave-Péhé, du groupe d’opposition Gauche 64. Comme nombre de conseillers, il dénonce le calendrier imposé, avec une délibération attendue en décembre concernant l’établissement public qui doit permettre le financement par les collectivités. « Quid de la nécessaire évaluation socio-économique ou sur l’environnement ? », poursuit Yves Salanave-Péhé. « Tout décideur devrait être en possession de ces données avant la décision. »

SUR LE MÊME SUJET
LGV : le Département 64 pose ses conditions

LGV : le Département 64 pose ses conditions

Jean-Jacques Lasserre est favorable à l’arrivée de la LGV jusqu’à Bayonne, mais ne veut pas payer l’addition prévue par Alain Rousset

Il aura également été question de la participation de la Région Nouvelle-Aquitaine, tenue par une majorité de gauche. Compétente en matière de ferroviaire, elle prend part à hauteur de 36,4 % du total des collectivités territoriales. Un « pourcentage insuffisant », peut-on lire dans la motion adoptée par le Conseil départemental (2).

 

« Sommes-nous un territoire reculé ? »

« Notre engagement financier doit se faire sous réserve d’un réaménagement des voies entre Dax et Pau, jusqu’à Tarbes », plaide, quant à lui, le vice-président Charles Pelanne.

Au sein de l’assemblée, d’autres élus auraient bien souhaité voir le dossier LGV continuer à roupiller dans un tiroir ou embourbé dans les recours. C’est notamment le cas de Joseba Erremundeguy, conseiller de la majorité sur le canton Bayonne 2. « Je suis contre, réaffirme le Basque. Sommes-nous un territoire reculé ? Demandez aux jeunes et aux moins jeunes qui n’arrivent plus à se loger. » Il défend notamment des liaisons RER implantées en Pays basque.

Même opposition ferme à la LGV du côté d’EH Bai (régionaliste basque). Pour Iker Elizalde, ce « projet inutile sera imposé contre les intérêts des populations ». De son côté, le conseiller d’opposition Gauche 64 Franck Lamas déplore l’impact sur l’environnement d’une emprise de 6 300 hectares et un effet « plutôt secondaire » en termes de développement économique. Il conclut poliment : « L’impact et le coût du projet me semblent un peu exagérés. »

(1) Il est de 1 h 35 entre Toulouse et Bayonne(2) 38 votes pour (majorité), deux votes contre (indépendants). Les 14 élus de gauche n’ont pas pris part au vote.

 
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.