::Chercher sur le site

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle Opinion de Claude Rozès : à ne pas manquer !

Opinion de Claude Rozès : à ne pas manquer !
Envoyer Imprimer PDF

29 janvier 2022 - Claude Rozès - Vianne 

MERCI MESDAMES ET MESSIEURS LE CONSEILLERS DEPARTEMENTAUX DE LOT ET GARONNE, CONTINUEZ A DEFENDRE CE BEAU DEPARTEMENT OU NOUS VIVONS.

 

La lecture du « le Petit Bleu », du 22 janvier dernier, m’a absolument sidéré , Monsieur Castex, Premier Ministre de la France y exprimait sa pensée.

Si les élus du département de Lot et Garonne ne reviennent pas sur leur vote, « la LGV ne s’arrêtera pas à Agen ».

Je croyais, mais suis-je naïf, que la France était une nation démocratique, peuplée de femmes et d’hommes libres, enfants de Condorcet, qui à chaque consultation électorale, se rendaient dans les isoloirs pour y désigner librement leurs représentants.

Ces Françaises et ces Français librement en votant, choisissent ce qui, celle ou celui qui leurs semble le plus apte, le plus capable pour diriger leur pays, leur région, leur ville ou leur village.

Il semble, que depuis plusieurs années, les candidats, une fois élus n’ont plus aucune considération, aucun respect pour le vote des électeurs.

Comment oublier la réponse au référendum du 29 mai 2005 et la forte opposition exprimée par les Français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe et la façon dont deux ans plus tard, les Députés et les Sénateurs ont désavoué sans vergogne le vote des Français.

Avaient-ils entendu ce que voulaient les femmes et les hommes de ce pays, non; en votant comme ils l’ont fait, ils ont trompé leurs électeurs, ils ont dévoyé les volontés du peuple, ils ont trahi la démocratie.

Quelques années plus tard, dans « la lointaine » Aquitaine une enquête publique invita les habitants de cette « contrée » à se prononcer sur l’opportunité d’y construire une ligne TGV, pour relier Bordeaux à Toulouse, la réponse fut quasi unanime, c’était NON.

En dépit de cette réponse, l’État, par l’intermédiaire de son Premier Ministre annonça que le projet était doté de 14 milliards d’€uros, relançant de fait un projet dont personne ne voulait.

A ma connaissance une enquête publique génère des coûts, du temps pour quel résultat ? Ignorer les conclusions de cette enquête, mépriser les habitants de la Région Aquitaine et remplir les poubelles de l’histoire des études, des travaux et tant qu’à faire « du pognon de dingue » ainsi dépensé.

J’ai le sentiment profond d’être dirigés par des imposteurs. Véritables démagogues, ne respectant qu’eux, ces individus dépourvus du sens du bien commun savent ils, ont ils su ou appris ce que signifie le mot démocratie. Pour eux bien sur, ce mot est une abstraction, un non sens : il s’agit, et bien sûr c’est fort peu, de « la direction (de la Nation, de la Commune) par le peuple  », mais, ne se considèrent ils pas comme étant le peuple ?

Ne respectant qu’accessoirement le fait démocratique, ces pseudos dirigeants, en lieu et place d’une information et objective et complète ont préféré, des annonces fastueuses, sensationnelles, grandioses, oubliant qu’en parlant ainsi, c’est à eux et eux seuls qu’ils s’adressaient, car, ils avaient le sentiment d’oeuvrer pour leurs réélection en se voyant devant les caméras et les micros, inaugurant l’ouvrage.

Ont ils pris la peine de regarder, d’examiner la proposition alternative proposée par les associations locales, cette alternative n’empêchait pas le projet d’exister, simplement, elle proposait de le recalibrer, en réaménageant et en renforçant des voies existantes.

En tant que citoyen, je suis en droit, d’interroger, de demander pourquoi les habitants d’une région voient l’expression de leur opinion recueillie dans le cadre administratif d’une enquête publique, leur implication citoyenne, dans l’étude fine d’un projet sur leur territoire, ne reçoivent que réponses hautaines et méprisantes.

Je crois profondément que ces élites auto proclamées, ne supportent que très mal les pensés différentes. Leurs comportement de propriétaires et non de mandataires du peuple les empêchent d’expliquer, de véritablement informer, de dialoguer, véritables nains démocratiques, ils manient donc plus aisément la matraque que le verbe.

Convaincre est art difficile, la liberté est une charge trop lourde pour ces personnages médiocres, et déshumanisés, ils préfèrent frapper, blesser, humilier, punir et aujourd’hui même, sans vergogne, tenter de sanctionner le vote démocratique qu’a émis une Assemblée Départementale, celle de Lot et Garonne, légalement et démocratiquement élue.

Monsieur le Premier Ministre, vous êtes comme le Président de la République Française, vous vivez, mal, très mal avec les démocrates, l’un souhaite « emmerder », ceux qui souhaitent pouvoir jouir de la liberté de se faire vacciner ou pas, et de plus est prêt à les stigmatiser en les désignants comme sous citoyens, oubliant qu’un peuple qui lâche sa liberté pour sa sécurité perd les deux,(1)

quand à vous, Monsieur le Premier Ministre, vous vous proposez de punir un département, une ville, leurs habitants dont le vote n’est pas conforme à vos aspirations.

Votre place ne devrait elle pas être à la tête d’un centre de rééducation, plus tôt qu’à celle d’un gouvernement ?

Les élections présidentielles se profilent j’espère que les citoyens de ce pays vous permettrons d’utiliser utilement votre compte formation en vous invitant tous les deux à vous rapprocher de quelques lieux d’enseignements.

(1) Benjamin Franklin

 
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.