::Chercher sur le site

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : l’Europe divise encore les opposants et les partisans

Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : l’Europe divise encore les opposants et les partisans
Envoyer Imprimer PDF

30 juin 2022 - Sud Ouest

 
 

 

L’Europe a rejeté le financement d’aménagements ferroviaires liés au projet de grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse ainsi qu’entre Bordeaux et Dax. Les opposants à la LGV exultent, les défenseurs assurent que ce refus ne concerne qu’une étude souhaitée par la SNCF
Opposant résolu au GPSO (Grand Projet du Sud Ouest), soit le prolongement de la ligne à grande vitesse de Bordeaux vers Toulouse et vers Dax, le maire écologiste de Bordeaux, Pierre Hurmic, n’a pas tardé à crier victoire. Ce 29 juin, la Commission européenne a en effet rendu publique une liste de 135 projets de transports qui bénéficieront des fonds du MIE (Mécanisme d’interconnexion européenne), doté de 25,8 milliards d’euros sur la période 2021-2027. Or, dit-il, y voyant un signe, le GPSO n’y figure pas. « C’est l’Europe qui va empêcher et non permettre le projet ».

L’UE doit en effet participer à hauteur de 20 %, soit 2,8 milliards d’euros sur un coût total de 14 milliards. L’État apporte 40 %, de même que les collectivités concernées d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine où l’enveloppe a été plus dure à réunir, malgré les efforts appuyés du président Alain Rousset.

« L’État doit prendre acte qu’il faut arrêter ce grand projet inutile et destructeur de la biodiversité » assure Pierre Hurmic pour qui « il est encore temps de préparer, avec l’ensemble des collectivités, des partenaires et des territoires, une candidature sur la base de l’alternative au GPSO : la modernisation des lignes existantes. » Avis partagé par Jean-Luc Gleyze, le président PS du Conseil départemental de la Gironde.

La présidente EELV de la commission transports du Parlement européen, Karima Delli, renchérit à son tour. « Nous n’avons pas retenu le projet GPSO. Il nous a semblé que des alternatives, fondées sur les lignes existantes, permettraient de diminuer fortement l’empreinte environnementale du projet et seraient plus utiles à la mobilité quotidienne des habitants. »

Renaud Lagrave n’est guère plus tendre avec Karima Delli. « Se prononce-t-elle en tant que présidente de la Commission des transports au Parlement ou comme militante écologiste ? Je rappelle que l’Europe va financer à 40 % la ligne Lyon-Turin mais, selon Mme Delli, le Sud Ouest n’aurait pas droit à la grande vitesse ? De toute façon, ce n’est pas elle qui décide. L’Europe ne financera pas le GPSO d’un seul coup, c’est évident, mais en plusieurs tranches. Nous sommes donc très sereins sur la suite des évènements. »


« Le GPSO se poursuit et franchira une étape majeure ce lundi 4 juillet avec la réunion d’installation de la société du GPSO, qui sera suivie de la réunion du comité de pilotage » affirme de son côté Étienne Guyot, préfet d’Occitanie et coordinateur du projet.

 
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.