::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

Lettre ouverte à Mr Macron concernant conflits d'intérêts

10 octobre 2018 

Lettre a macron conceernant conflits d interets page 1

Lettre a macron conceernant conflits d interets page 2

 

Lettre ouverte à Mr. Macron concernant démocratie

3 octobre 2018

logo tgv albret et coordination 47

 

Monsieur le Président de la République

                                                                                            « Palais de l’Elysée

                                                                                            55 rue du Faubourg Saint Honoré

                                                                                            75008 - PARIS

                                                                                            Feugarolles, le 1er octobre 2018

Lettre ouverte à

Monsieur le Président de la République,

LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax-Espagne :

un exemple de « démocratie à la Française » !

2005, année du débat public organisé de façon très confidentielle entre SNCF, élus et proches d’élus. Tout est fait pour que les citoyens, très mal informés, n’y participent pas.

2009, le projet revient sur le devant de la scène : les citoyens en sont informés par la presse.

2014 : après 6 ans d’études et sans réelle concertation, l’Enquête Publique est ouverte pour 2 mois.

Le Gouvernement et nos grands élus nous font croire que, conformément à la loi, nos arguments y seront pris en considération. En vérité, ils savent pertinemment que la décision de poursuivre ce projet est déjà prise.

Les informations fournies au grand public ne lui permettent pas de juger objectivement ce projet : en effet coût, saturation, retombées économiques ont été volontairement falsifiés, tout comme ils l’avaient été auparavant pour convaincre les élus.

Malgré cela, et grâce à un travail extrêmement sérieux des associations, en particulier sur l’alternative du réaménagement de la ligne existante, 15 000 contributions sont venues étoffer le dossier des enquêteurs, 95 % d’entre elles se prononçant contre le projet.

2015 : La commission d’enquête publique émet un avis défavorable : une première en France pour un projet de cette ampleur. Les citoyens ne veulent pas de ce projet.

2016 : Le Gouvernement, s’appuyant sur la démarche démocratique que constitue une enquête publique, a dû mélanger le dossier avec un autre car il déclare ce projet d’Utilité Publique ; dans un souci de vérité, on devrait plutôt dire d’Utilité Politique…

N'oubliez pas à lire la suite !!.Cliquez ici.

 

Les TGV commandés à Alstom rouleront bien sur des lignes grande vitesse

16 février 2017 - BFMTV.com

Les TGV commandés à Alstom rouleront bien sur des lignes grande vitesse

Photo: Patrick Kovarik AFP

La SNCF a finalement décidé de faire circuler les 15 TGV commandés à l'usine Alstom de Belfort sur des lignes grande vitesse. Cette commande doit sécuriser l'avenir du site menacé de voir ses activités transférées dans le Bas-Rhin.

Les 15 TGV dont la commande avait été décidée pour sauver l'usine Alstom de Belfort circuleront finalement sur l'axe TGV Atlantique, et non sur des lignes classiques comme initialement prévu, a indiqué à l'AFP un dirigeant de la SNCF.

"On est revenus sur l'idée que ça seraient des rames TGV qui rouleraient sur des lignes normales, ce qui paraissait peu cohérent", a indiqué ce responsable du groupe public. Un nouveau scénario, élaboré par la SNCF, le secrétariat d'État aux Transports et le ministère de l'Industrie, sous l'autorité de Matignon, prévoit que l'opérateur ferroviaire débourse entre 470 et 480 millions d'euros, pour acquérir 15 rames de TGV, qu'elle va "affecter au réseau Atlantique" et non sur "des lignes normales".

Rénover 24 vieilles rames TGV

Lire la suite : Les TGV commandés à Alstom rouleront bien sur des lignes grande vitesse

   

Le lobby du Lyon-Turin biberonné par les collectivités

3 octobre 2018 - Mediacités

Cénacle opaque qui mêle élus et industriels, la Transalpine promeut la nouvelle ligne ferroviaire entre Lyon et Turin grâce aux subventions publiques. Depuis la création de cette association, la Région, premier financeur, lui a consacré au moins cinq millions d’euros.

12 minutes Par Eliane Patriarca - 3 octobre 2018

Lobby Lyon Turin – Transalpine
Lobby Lyon Turin – Transalpine
Depuis vingt-sept ans, la Transalpine promeut le projet du Lyon-Turin auprès des décideurs, en France et en Europe. Dessin : Jean-Paul Van Der Elst.

Son nom n’est pas connu du grand public, mais elle donne de la voix. L’association la Transalpine, ardente zélatrice du Lyon-Turin depuis trois décennies, fédère les partisans de cette ligne ferroviaire à grande vitesse en construction entre la France et l’Italie et qui promet de « gommer » les Alpes avec son tunnel transfrontalier de 57 kilomètres. Basée à Lyon, elle élabore la communication autour du projet ; se démène auprès des élus – ministres, parlementaires français et européens – et auprès des journalistes ; distille des “éléments de langage” judicieusement révisés en fonction de l’actualité politique ; contrattaque lorsque des rapports officiels torpillent le projet, comme de nombreux avis et référés de la Cour des comptes.

Lire la suite : Le lobby du Lyon-Turin biberonné par les collectivités

 

LGV Lyon-Turin : l’Assemblée nationale donne son feu vert à l’accord franco-italien

22 décembre 2016 - Le Reporterre   

NdlR TGV-Albret : ....et le gaspillage continue......

L’Assemblée nationale a validé jeudi 22 décembre, en première lecture, l’accord franco-italien pour lancer les travaux définitifs de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin. Le texte, censé lever les derniers obstacles à un colossal chantier de douze ans, a été signé en février 2015, puis complété en mars 2016 par Matteo Renzi et François Hollande.

Si l’accord est validé par le Parlement français, les appels d’offres pour les marchés de travaux seront lancés en 2017 pour un démarrage des chantiers en 2018.

Soutenu par les deux pays, par la ville de Lyon et, jusqu’à récemment par Turin, ce projet est contesté depuis des années par des écologistes, tant côté italien que français. Ils estiment qu’il « existe une autre solution plus appropriée et plus efficace » pour les échanges transalpins et mettent en regard les 26 milliards d’euros nécessaires au creusement du tunnel et des accès du futur Lyon-Turin avec « l’utilisation immédiate de la ligne existante de transport ferré passant par le tunnel du Mont Cenis, utilisée à ce jour à moins de 20 % de sa capacité » pour le transport des marchandises.

- Source : France 3 Alpes

- Complément d’information : Le communiqué de la Coordination des opposants au projet Lyon-Turin

   

Page 3 sur 151

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.