::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

Bernard Péré jugé pour diffamation envers le maire d’Agen : le délibéré sera rendu le 8 mars

 12 janvier 2019 - Sud Ouest

https://www.sudouest.fr/2019/01/11/bernard-pere-poursuivi-pour-diffamation-envers-le-maire-d-agen-suivez-en-direct-le-proces-5723680-3603.php

 Bernard Péré jugé pour diffamation envers le maire d’Agen : le délibéré sera rendu en mars

 

Vidéo. Le militant écologiste est jugé ce vendredi au tribunal correctionnel après une plainte pour diffamation déposée par Jean Dionis.

 

Le feuilleton judiciaire se poursuit entre le militant Bernard Péré et le maire d’Agen. En cause, une publication de quatre pages intitulée « Citoyen de l’Agglo ». Bernard Péré est directeur de publication de cette parution unique dans laquelle il est question de transformations de terres non constructibles en terres constructibles effectuées par Jean Dionis du Séjour entre 1998 et 2013, « avec l’appui du maire de l’époque », précise le tract.

Le maire d’Agen et président de l’Agglomération a vu rouge en le lisant. Il a d’ailleurs, à cette occasion, publié une longue tribune explicative sur son blog.

Trois ans après, l’ex-élu régional vert Bernard Péré (en tant que directeur de la publication) et Laure Zudas (propriétaire d’un site Internet ayant publié le journal) sont convoqués ce vendredi au tribunal correctionnel d’Agen pour être jugés. 

L’ancien élu régional vert et sa coprévenue sont défendus par l’avocat lyonnais Me Étienne Tête. Pour lui, la diffamation ne tient pas.

Procès diffamation Bernard PéréProcès diffamation Bernard Péré

Le délibéré sera rendu le 8 mars.

Lire les Tweets du Procès

 

Argent public : des gares inutiles ?

14 décembre 2016 - FranceTV ( JT France 2 du 13 déc 2016)

La Cour des comptes condamne les gares hors centre-ville et parle de gâchis de l’argent public… Encore un pavé dans la mare de Dionis avec « sa » gare à Sainte-Colombe

Cliquez le lien suivant :

http://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/argent-public-des-gares-inutiles_1967647.html

Des gares quasiment vides, loin des centres-ville, posées en plein milieu des champs, et qui ont coûté plusieurs millions d'euros. En France, les exemples de gares TGV excentrées sont nombreux, la Cour des comptes parle de gâchis. Et pourtant les constructions continuent. À 20 minutes de Montpellier (Hérault), une nouvelle gare, la Mogère, sort de terre. Coût de ce chantier gigantesque : 142,7 millions d'euros.

Quatre TGV par jour

Lire la suite : Argent public : des gares inutiles ?

 

La CGT des Cheminots enterre la LGV Bordeaux - Toulouse

 12 décembre 2016 - La Dépêche

DDM archives illustration

DDM archives illustration

Comme Soeur Anne, la CGT des Cheminots 47 ne voit rien venir pour ce qui concerne les tronçons LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye.

 

Réunis dimanche 11 octobre pour évoquer les décisions à venir sur la liaison TGV entre la capitale de Nouvelle Aquitaine et Toulouse, ses responsables confirment que le projet GPSO n'a donné lieu à aucune nouvelle étude technique.

Lire la suite : La CGT des Cheminots enterre la LGV Bordeaux - Toulouse

   

Dionis et ses détracteurs se retrouvent au tribunal

11 janvier 2019 - La Dépêche

 

Plus de trois ans après, la ZAD de Sainte-Colombe aujourd'hui disparue revient à la surface à l'occasion d'un procès en diffamation intenté par le maire d'Agen et président d'Agglo Agen Jean Dionis contre les militants écologistes qui défendaient l'idée d'autres aménagements que ce technopôle Agen Garonne sorti de terre depuis.

 

Deux de ces militants sont appelés à la barre pour répondre de ces propos supposés diffamatoires, Bernard Péré et Laure Zudas. Le premier était le directeur de la publication d'un journal éphémère, «Le citoyen de l'Agglo», la seconde a relayé sur un site internet dont elle avait la gestion ce qui a été écrit sur le papier.

En septembre 2015, un collectif «de défense des Terres fertiles» expliquait les raisons de son opposition à l'aménagement de la zone d'activité, Technopôle Agen Garonne : pour son implantation en terres fertiles. 

Un paragraphe intitulé «Le promoteur n'est pas celui qu'on croit» portait des accusations sérieuses sur des opérations foncières dont le président de l'Agglomération, Jean Dionis du Séjour, aurait pu être l'auteur. Après une période de réflexion, l'élu décide finalement d'attaquer en justice.

Un dimanche de décembre 2014, des opposants au projet public de technopôle rejoignent Joseph Bonotto, un retraité de l'agriculture propriétaire d'une partie des terres visées par l'implantation des 210 hectares du TAG. Les «zadistes» seront expulsés à la fin mai 2016, dix-huit mois quand même après leur arrivée. Depuis, les aménagements ont été menés sans opposition sur le terrain et les premiers lots ont été commercialisés.

Le tribunal correctionnel doit ainsi dire oui ou non à une question : le collectif qui soutenait Bonotto a-t-il franchi la ligne jaune en affirmant que le président d'Agglo Agen a bénéficié à titre privé des bienfaits de la vente d'une partie du foncier nécessaire pour le projet soutenu par sa collectivité ? La défense est assurée par un avocat, Étienne Tête, qui a obtenu de la justice agenaise la relaxe de Bonotto dans un autre dossier judiciaire lié à Agen Garonne.

 

LGV Tours-Bordeaux: Un chantier désastreux pour l'environnement?

12 décembre 2016 - 20Minutes.fr

JUSTICE Deux filiales de Vinci et Bouygues Constructions ayant travaillé sur la construction de cette Ligne à grande vitesse, ont été condamnées pour ne pas avoir respecté les règles visant à maintenir la qualité des cours d'eau et la protection des espèces animales et végétales...

Illustration de la LGV Tours-Paris. /Credit:JEAN MICHEL NOSSANT/SIPA/1502131048

Illustration de la LGV Tours-Paris. /Credit:JEAN MICHEL NOSSANT/SIPA/1502131048 - SIPA

Le chantier de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Tours-Bordeaux a-t-il généré des destructions d’ecosystème et des pollutions d’ampleur ? L’association France Nature Environnement (FNE) révèle en tout cas que les sociétés Cosea et DTP, filiales de Vinci et Bouygues Construction pour ce projet, viennent chacune d’être condamnées à plus de 40.000 euros d’amende pour ne pas avoir respecté les règles fixées par le préfet d’Indre-et-Loire, dans le cadre de la partie du chantier dans ce département.

Lire la suite : LGV Tours-Bordeaux: Un chantier désastreux pour l'environnement?

   

Page 5 sur 154

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.