::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

Ligne à grande vitesse: le «chantier du siècle» condamné pour pollutions

7 décembre 2016 - Mediapart 

Piloté par le géant du BTP Vinci, le groupement Cosea a été condamné par la justice pour les dommages écologiques causés par le chantier de la nouvelle ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux. Un expert décrit « un massacre environnemental ».

 

7 décembre 2016 - Rue89 Bordeaux

[A lire sur Mediapart.fr] La SNCF présentait ce mercredi son nouveau TGV Océane qui va parcourir Paris-Bordeaux dès dimanche en 3h10, puis en 2h04 à partir de juillet 2017. Le même jour, le site Mediapart publiait une enquête accablante sur la construction de la LGV entre Tours et Bordeaux.
La journaliste Jade Lindgaard y remonte les kilomètres du dit « chantier du siècle » et constate toutes les dégradations causées. Le mastodonte du BTP Vinci, aux manettes via son groupement Cosea, vient d’être condamné par la justice pour ces dommages écologiques.

Si des engagements sur la protection de l’environnement avaient été pris, au minima pour compenser les dégâts, les amendes prononcées en cas d’entorse à ceux-ci sont dérisoires en regard des budgets titanesques.

A lire sur mediapart.fr (pour les abonnés)

 

Une nouvelle mission sur les dessertes ferroviaires enterre la LGV Poitiers-Limoges

7 décembre 2016 - La Montagne

D'ici avril 2017, le sénateur PS Michel Delebarre doit faire des propositions d'amélioration des dessertes ferroviaires de Brive, Tulle, Limoges ou Cahors, à partir de la LGV Paris-Bordeaux-Toulouse. Le projet LGV Poitiers-Limoges semble du même coup définitivement enterré.

Lire la suite : Une nouvelle mission sur les dessertes ferroviaires enterre la LGV Poitiers-Limoges

 

7° Journée Européenne contre les GPII

6 décembre 2016- Coordination asso vigilance

Jeudi 8 décembre 2016

7° Journée Européenne contre les GPII
(Grands Projets Inutiles Imposés)


LGV : ILS INSISTENT ! RESTONS MOBILISÉS !

 
Distribution de tracts d'information toute la semaine sur les marchés du Sud-Gironde:
 
Dimanche 4 décembre à Préchac
Mercredi 7 décembre à St Symphorien
Jeudi 8 décembre à Villandraut
Vendredi 9 décembre à Langon
Samedi 10 décembre à Cadillac, Bazas et La Réole
 
Rendez-vous sur ces différents marchés à partir de 10h pour échanger et donner un coup de main
N'hésitez pas à diffuser le tract (en PJ) sur d'autres marchés, dans les lieux publics et autour de vous !
 
 
 

Le projet de Lignes à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne (GPSO) est massivement rejeté par la population et il a reçu un avis défavorable de la commission d'enquête.
Pourtant les responsables politiques (État, Région) veulent passer en force alors que ce projet n'est NI NÉCESSAIRE, NI URGENT et ENCORE MOINS PRIORITAIRE par rapport aux besoins de la population.

Les LGV récemment achevées montrent rapidement leur manque de rentabilité (LGV Perpignan-Figueras) et creusent la dette de la SNCF au détriment de l'entretien du réseau existant.
Ne laissons pas se détériorer le service public de transport ferroviaire dont la régression s'accélère et s'étend à tout le territoire.

PLUS DE LGV = MOINS DE TRAINS DU QUOTIDIEN, PLUS DE VOITURES ET DE BUS SUR LA ROUTE !
PLUS DE LGV = MOINS DE MOYENS POUR LE FRET, DONC DAVANTAGE DE CAMIONS SUR LA ROUTE ! 

Refusons ce projet pharaonique, ruineux pour les finances publiques et très destructeur:
6300 ha de forêt, de terres agricoles ou viticoles, de milieux naturels et de zones habitées menacés !

Priorité à l'entretien et la modernisation du réseau ferroviaire existant et au développement du fret et des trains du quotidien.

Soutenez et rejoignez les associations de la Coordination Vigilance LGV qui continuent à se battre contre ce projet (recours juridiques, suivi du dossier, actions, réunions,...):
LEA, LGPE, SEVE, LGVEA, Les Amis du Barthos. Ainsi que la Sepanso et le collectif NDDL Sud-Gironde.

1 km de LGV= 1 lycée  20 km de LGV = 1 hôpital

GPII: on bétonne à tour de bras ! Autoroutes, aéroports, lignes LGV, stades de foot, incinérateurs, centrales nucléaires, lignes à très haute tension...Ainsi prolifèrent les grands projets inutiles auxquels une pensée magique fondée sur le dogme de la croissance attribue la vertu de créer de l'emploi, du pouvoir d'achat … et de la croissance. Qu'importe que cette équation fasse abstraction de la finitude de notre planète et méprise les nécessités fondamentales du vivre ensemble et du rapport à la nature !
(D'après « le petit livre noir des grands projets inutiles »)

Déclaration finale du forum international contre les GPII qui s'est déroulé en juillet 2016 à Bayonne :
http://forum-gpii.com/wp-content/uploads/2016/07/declaration-finale-17-07-2016.pdf

Liste, hélas non exhaustive, de GPII en France, en Europe et dans le monde :https://reporterre.net/Dossier-GPII-Grands-projets-inutiles-imposes

   

Les anti-LGV ne regardent pas le doigt du sage qui montre la Lune

18 septembre 2018 - Le Petit Bleu

Les anti-LGV pensent qu'aucune des personnalités du gouvernement ne confirmera que le projet Bordeaux-Toulouse sera annulé./ Photo archives J.-M.M.

Les anti-LGV pensent qu'aucune des personnalités du gouvernement ne confirmera que le projet Bordeaux-Toulouse sera annulé./ Photo archives J.-M.M.

La ministre des Transports Élizabeth Borne a indiqué la semaine passée que le gouvernement entendait pousser jusqu'à leur réalisation les quelques projets de lignes à grande vitesse qui ont survécu à l'austérité budgétaire. L'association TGV en Albert, qui regroupe les opposants à toute nouvelle LGV dit ne pas être dupe des effets de communication. «Nous avons bien compris et depuis longtemps qu'aucune des personnalités du gouvernement ne confirmera que le projet Bordeaux-Toulouse sera annulé. Ce serait, pour leur situation politique personnelle, contre-productif. En effet, elles se mettraient à dos les régions de Nouvelle Aquitaine et d'Occitanie qui ont financé la ligne Tours-Bordeaux dans le but d'obtenir la LGV Bordeaux-Toulouse» détaillent les opposants dans un communiqué.

Et les anti-LGV de préciser ce qu'ils pensent être le vrai. «Le gouvernement va programmer 13,4 milliards d'euros sur les cinq prochaines années et 14,3 milliards sur les cinq suivantes afin de maintenir un équilibre entre les ressources disponibles et les investissements. En réalité, la ministre des Transports Élisabeth Borne a annoncé 5 programmes d'investissements prioritaires : l'entretien et la modernisation des réseaux routiers, fluviaux et ferroviaires qui bénéficieront d'une augmentation des moyens, la réforme du ferroviaire est la désaturation des grands nœuds ferroviaires, le désenclavement des villes moyennes et des territoires ruraux, Le développement des mobilités propres et partagées au quotidien.» Le gouvernement a déjà annoncé un plan vélo. «Le dernier volet est le renforcement du report modal dans le transport de marchandises.»

Au mieux ou au pire disent les opposants à la ligne à grande vitesse entre les deux capitaines du Sud-Ouest, elles ne verraient le jour en fonction des deux scénarios prévus que dans dix ans en 2028, voire en 2 037. Phase 3 : ligne nouvelle Toulouse-Agen : 2033-2037 «plus de 30 ans après le débat public de 2005 dans un cas, plus de 20 ans et plus après la déclaration d'utilité publique. «Nous attendons un peu plus de sagesse et de sérieux de nos responsables politiques, en particulier du Président de la République, et qu'ils prennent enfin en compte que le réaménagement technique des lignes existantes permettrait des performances proches (avec suppression des passages à niveau qui, dans tous les cas, devra être réalisée). Le coût serait 4 à 5 fois moins cher que la construction d'une LGV.»

TGV en Albret estime que «l'écart de temps pour un Paris-Toulouse entre ligne modernisée et LGV serait de 15 à 30 minutes selon les scénarios et à condition que les TGV soient directs et ne nécessite pas un tel investissement.» Et, juste histoire d'enfoncer le clou, les opposants de l'Albret rappellent le discours du Président de la République Emmanuel Macron à Rennes en juillet 2017 : «Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c'est celui des transports du quotidien.»

Le Petit Bleu d'Agen

 

Réponse aux articles de presse

 14 septembre 2018 - Réponse "décisions" Elisabeth Borne et les médias

 

                                                                                                                                                 Le 14 septembre 2018

A en croire les médias de ces derniers jours, la ministre des transports Élisabeth Borne
confirme la réalisation de la LGV Bordeaux-Toulouse

Tout d’abord, et pour rester dans le contexte de la situation économique de la France et de la SNCF, des incidents multiples dans le transport ferroviaire et de la vétusté des infrastructures (SNCF, routes, ponts…), la ministre des transports Élisabeth Borne ne pouvait que reconfirmer lapriorité mise sur l’entretien et la maintenance de l’existant.

La ministre des transports a annoncé le 11 septembre les arbitrages du gouvernement en matière d’investissements dans les infrastructures de transport.Elle confirme la priorité martelée depuis plusieurs mois portée sur les transports du quotidien mais elle laisse la porte ouverte concernant les grands projets (manière de laisser le flou et de ne vexer personne)

Or, voici ce que l’on lit aujourd’hui dans cette presse :

« La ligne LGV Bordeaux-Toulouse est sauvée et elle fait désormais partie des priorités du gouvernement. »

« Bordeaux-Toulouse, Marseille-Nice, Montpellier-Perpignan, Roissy-Picardie et Paris-Normandie sauvés ! Enfin sur le papier.

Le gouvernement s’est basé sur le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures (COI) présidé par l’ancien député socialiste Philippe Duron pour établir la programmation des investissements de transport. »

« Le gouvernement va programmer 13,4 milliards d’euros sur les cinq prochaines années et 14,3 milliards sur les cinq suivantes afin de maintenir un équilibre entre les ressources disponibles et les investissements. »

Voilà les quelques lignes que va retenir le grand public, ce qui, une fois de plus, lui fait croire que tous ces projet se feront…

La réalité est tout autre !

Nous avons bien compris et depuis longtemps qu’aucune des personnalités du gouvernement ne confirmera que le projet Bordeaux-Toulouse sera annulé. Ce serait, pour leur situation politique personnelle, contre-productif. En effet, elles se mettraient à dos les régions de Nouvelle Aquitaine et d’Occitanie qui ont financé la ligne Tours-Bordeaux dans le but d’obtenir la LGV Bordeaux-Toulouse.

Histoire de renforcée la pression, la région Occitanie évoque d’ailleurs la possibilité d’une demande de remboursement de sa participation à la LGV Tours-Bordeaux dans le cas où la prolongation jusqu’à Toulouse ne se ferait pas, oubliant qu’elle bénéficie déjà d’un gain d’une heure pour relier Paris !

En réalité, la ministre des transports Élisabeth Borne a annoncé 5 programmes d’investissements prioritaires :

N'oubliez pas de lire la suite !!!

   

Page 7 sur 152

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.