::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

LGV GPSO : Gilles Savary vote contre l'engagement financier de l'Etat dans le projet

7 décembre 2016 -AQUI

Gilles Savary, député de la Gironde

07/12/2016 | Gilles Savary député de la Gironde, ne s'en est jamais caché, bien au contraire. Il n'est pas favorable à la poursuite de la LGV vers Toulouse et l'Espagne, et l'a encore montré ce mardi.

En accord avec ses convictions et en tant que membre du Conseil d’administration de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France, le député de Gironde a voté contre l'engagement de 45 M€ de financement d'Etat pour le projet. Il s'en explique.

Après des discours et prises de position fortes concrétisés notamment par quelques participations à des réunions d'opposants au projet LGV GPSO, Gilles Savary Député de la Gironde et membre de l'Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France ( AFITF) persiste et signe. Ce 6 décembre, il a voté contre l'engagement des premiers financements d'Etat sur le projet LGV GPSO Bordeaux-Toulouse, et Bordeaux-Dax. Des financements dédiés à des études et premiers achats de fonciers, s'élevant à 45 M€. Son argument premier : l'arbitrage financier à faire en faveur des trains du quotidien et de la régénération des lignes existantes plutôt que pour la LGV dont le montant global du projet est évalué à 9Mds €.

« Un gaspillage de fonds publics injustifiable »

Lire la suite : LGV GPSO : Gilles Savary vote contre l'engagement financier de l'Etat dans le projet

 

Conseil d'Etat : Rapporteur public

23 mars 2018 

Lors de notre dernière assemblée générale , un certain optimisme planait dans la salle :
espoir que le Conseil d'Etat annulerait la LGV Bordeaux - Toulouse .
Le rapporteur public , ne voulant juger que sur la légalité de la Déclaration d'Utilité Publique ,
a pris le contre - pied des décisions antérieures ( avis DEFAVORABLE à la LGV ) et de tous les éléments du dossier .


Que devons - nous voir dans cette prise de position ?
qu'il vaut mieux suivre les positions des " puissants " : barons locaux , BTP etc …
au lieu de prendre en compte l'intérêt des citoyens , donc de l'Etat ?
Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre !

Le Conseil d'Etat devrait rendre sa décision d'ici 15 jours : la situation est très inquiétante .
La balle est dans le camp du gouvernement qui , courant mai , devra faire des annonces
dans le cadre de la loi d'orientation des transports en France .

Nous avons plus que jamais besoin de vous : restons mobilisés , ne baissons pas les bras !
Nous pouvons encore gagner : il y a trop d'éléments à charge contre ce projet .

 

Ligne à grande vitesse: le «chantier du siècle» condamné pour pollutions

7 décembre 2016 - Mediapart 

Piloté par le géant du BTP Vinci, le groupement Cosea a été condamné par la justice pour les dommages écologiques causés par le chantier de la nouvelle ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux. Un expert décrit « un massacre environnemental ».

 

7 décembre 2016 - Rue89 Bordeaux

[A lire sur Mediapart.fr] La SNCF présentait ce mercredi son nouveau TGV Océane qui va parcourir Paris-Bordeaux dès dimanche en 3h10, puis en 2h04 à partir de juillet 2017. Le même jour, le site Mediapart publiait une enquête accablante sur la construction de la LGV entre Tours et Bordeaux.
La journaliste Jade Lindgaard y remonte les kilomètres du dit « chantier du siècle » et constate toutes les dégradations causées. Le mastodonte du BTP Vinci, aux manettes via son groupement Cosea, vient d’être condamné par la justice pour ces dommages écologiques.

Si des engagements sur la protection de l’environnement avaient été pris, au minima pour compenser les dégâts, les amendes prononcées en cas d’entorse à ceux-ci sont dérisoires en regard des budgets titanesques.

A lire sur mediapart.fr (pour les abonnés)

   

Conseil d'Etat : articles dans la presse

22 mars - 2018 Le Petit Bleu - (et après Sud Ouest - La Dépêche)

Ce mercredi, à Paris,  le rapporteur du Conseil d'Etat  présente ses conclusions sur les sept  recours  déposés sur le projet GPSO dit lignes nouvelles à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse, Bordeaux et le Pays basque. 
Selon les opposants au GPSO, sur la foi des conclusions préalables du rapporteur transmise aux avocats,  tous les recours sont rejetés par la haute juridiction administrative. Cette saisine des associations, collectivités... visait à annuler la DUP validée par ce même Conseil d'Etat en 2016. 
"Quand on sait que ce projet a été déclaré défavorable en commission d'enquête publique, que le tronçon Bordeaux - Saint Médard a été jugé irrecevable par le TA de Bordeaux, que les motifs de refus sont très nombreux : environnement : avis négatif de l'Autorité environnemental, rentabilité, absence de financement,  saucissonnage du projet pour faire apparaitre une rentabilité plus que négative... cette décision est invraisemblable", estime Claude Semin, l'un des porte-paroles. 
 
Il estime que "bien des choses curieuses ce sont passées ces jours derniers. "Brusquement il y a deux  semaines environ un rapporteur a été nommé alors que le poste était vacant depuis octobre dernier. Il y a 10 jours la date de la remise de son rapport  prévue pour le 21 mars. Et on apprend, comme d'habitude, que ses conclusions seront que les recours sont rejetés. Ahurissant la vitesse à laquelle ces décisions ont été prises et comment elles ont été prises est ahurissante(...) L'hypothèse la plus probable de l'avis de tous,  est qu'il y a eu une inflexion politique pour que se soit ainsi.  Il devrait donc y avoir une décision politique prochainement." Les associations ont toujours rendez-vous au ministère des Transports le 12 avril.
 

Voir les autres articles

 

Une nouvelle mission sur les dessertes ferroviaires enterre la LGV Poitiers-Limoges

7 décembre 2016 - La Montagne

D'ici avril 2017, le sénateur PS Michel Delebarre doit faire des propositions d'amélioration des dessertes ferroviaires de Brive, Tulle, Limoges ou Cahors, à partir de la LGV Paris-Bordeaux-Toulouse. Le projet LGV Poitiers-Limoges semble du même coup définitivement enterré.

Lire la suite : Une nouvelle mission sur les dessertes ferroviaires enterre la LGV Poitiers-Limoges

   

Page 8 sur 147

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.