::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

LGV GPSO : Gilles Savary vote contre l'engagement financier de l'Etat dans le projet

7 décembre 2016 -AQUI

Gilles Savary, député de la Gironde

07/12/2016 | Gilles Savary député de la Gironde, ne s'en est jamais caché, bien au contraire. Il n'est pas favorable à la poursuite de la LGV vers Toulouse et l'Espagne, et l'a encore montré ce mardi.

En accord avec ses convictions et en tant que membre du Conseil d’administration de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France, le député de Gironde a voté contre l'engagement de 45 M€ de financement d'Etat pour le projet. Il s'en explique.

Après des discours et prises de position fortes concrétisés notamment par quelques participations à des réunions d'opposants au projet LGV GPSO, Gilles Savary Député de la Gironde et membre de l'Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France ( AFITF) persiste et signe. Ce 6 décembre, il a voté contre l'engagement des premiers financements d'Etat sur le projet LGV GPSO Bordeaux-Toulouse, et Bordeaux-Dax. Des financements dédiés à des études et premiers achats de fonciers, s'élevant à 45 M€. Son argument premier : l'arbitrage financier à faire en faveur des trains du quotidien et de la régénération des lignes existantes plutôt que pour la LGV dont le montant global du projet est évalué à 9Mds €.

« Un gaspillage de fonds publics injustifiable »

Lire la suite : LGV GPSO : Gilles Savary vote contre l'engagement financier de l'Etat dans le projet

 

François Bayrou sur le rapport Duron : "Je n’ai jamais cru à la LGV"

5 février 2018- Sud Ouest

François Bayrou sur le rapport Duron :

Francois Bayrou. PHILIPPE LOPEZ AFP

Le maire de Pau a réagi ce samedi devant les militants du MoDem au rapport Duron, sur la ligne à Grande Vitesse. 

 
 

"Je n’ai jamais cru à la LGV. J’ai toujours pensé que c’était un leurre, qui visait principalement à nous soutirer de l’argent". C’est ce qu’a déclaré François Bayrou ce samedi après-midi devant le comité départemental du MoDem des Pyrénées-Atlantiques, réuni à Salies-de-Béarn, au sujet du rapport de la commission DuronJeudi, cette commission composée d’élus et d’experts, chargée par le gouvernement de chiffrer les dépenses nécessaires à de nombreuses infrastructures de transports, a rendu son rapport. Ces orientations doivent servir de fil d’Ariane à Elisabeth Borne et au gouvernement, qui annonceront leurs choix à la fin du mois.

Lire la suite : François Bayrou sur le rapport Duron : "Je n’ai jamais cru à la LGV"

 

Ligne à grande vitesse: le «chantier du siècle» condamné pour pollutions

7 décembre 2016 - Mediapart 

Piloté par le géant du BTP Vinci, le groupement Cosea a été condamné par la justice pour les dommages écologiques causés par le chantier de la nouvelle ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux. Un expert décrit « un massacre environnemental ».

 

7 décembre 2016 - Rue89 Bordeaux

[A lire sur Mediapart.fr] La SNCF présentait ce mercredi son nouveau TGV Océane qui va parcourir Paris-Bordeaux dès dimanche en 3h10, puis en 2h04 à partir de juillet 2017. Le même jour, le site Mediapart publiait une enquête accablante sur la construction de la LGV entre Tours et Bordeaux.
La journaliste Jade Lindgaard y remonte les kilomètres du dit « chantier du siècle » et constate toutes les dégradations causées. Le mastodonte du BTP Vinci, aux manettes via son groupement Cosea, vient d’être condamné par la justice pour ces dommages écologiques.

Si des engagements sur la protection de l’environnement avaient été pris, au minima pour compenser les dégâts, les amendes prononcées en cas d’entorse à ceux-ci sont dérisoires en regard des budgets titanesques.

A lire sur mediapart.fr (pour les abonnés)

   

Pays Basque : la SNCF autorise la vente des terrains sur le tracé de la LGV

23 janvier 2018 - FranceBleu.fr

La LGV au Pays Basque finira-t-elle comme "Notre Dame des Landes" ? SNCF Réseau donne un signe supplémentaire à un probable abandon du projet. Toutes les ventes de terrains et permis de construire sont désormais acceptés sur le tracé

Le fuseau retenu par GPSO traverse une 15 aine de communes au Pays Basque

 

Le Pays basque a aussi son "Notre Dames des Landes " : la LGV. L'abandon du projet de construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes a ravivé les espoirs de ses opposants. Leur bataille a commencé il y a un quart de siècle. D'année en année, ils remportent quelques batailles. Un des résultats pourrait bien être celui-ci : SNCF Réseau, en toute discrétion, accorde de plus en plus de ventes de terrain et de permis de construire sur les 36 km de tracé qui traverse 15 communes.


25 ans de résistance
25 ans que le projet est annoncé et toujours repoussé. L'an dernier, les signes d'un proche abandon se sont multipliés. Retour sur cette année 2017.

" Dans cette lutte contre la LGV, le temps est notre allié" - Victor Pachon, opposant de la première heure

Lire la suite : Pays Basque : la SNCF autorise la vente des terrains sur le tracé de la LGV

 

A Montpellier, une gare à 140 millions d’euros va ouvrir pour 4 TGV par jour

12 janvier 2018 - Entreprise News 

NdlR - TGV-Albret : l'histoire se répète......remplacez  "Montpellier" par "Agen", et vous vous sentez chez vous...... .

Regardez la vidéo , en cliquant  : France 2 Journal 20h 13 déc 2016 : Argent public :des gares inutiles ? 

Commentaire avec la vidéo :

France 2 – Journal 20H le 13/12/2016 Plusieurs gares situées en rase campagne sont montrées du doigt par la Cour des comptes. Exemple près de Montpellier (Hérault). Des gares quasiment vides, loin des centres-ville, posées en plein milieu des champs, et qui ont coûté plusieurs millions d'euros. En France, les exemples de gares TGV excentrées sont nombreux, la Cour des comptes parle de gâchis. Et pourtant les constructions continuent. À 20 minutes de Montpellier (Hérault), une nouvelle gare, la Mogère, sort de terre. Coût de ce chantier gigantesque : 142,7 millions d'euros. Quatre TGV par jour Pour son ouverture en 2018, la SNCF a annoncé seulement 4 TGV par jour, contre 32 par exemple à Valence-TGV. Le nouveau bâtiment fait polémique, surtout que Montpellier a déjà une gare, située en plein centre-ville, et rénovée il y a deux ans. 10 000 m2 avec huit voies, des commerces, un quartier d'affaires, un projet nécessaire selon le maire de Montpellier. Première raison : éloigner les trains de fret pour désengorger la gare du centre-ville. "Il y a une deuxième raison importante, c'est la future connexion avec la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan-Barcelone", assure Philippe Saurel, maire divers gauche de Montpellier. Mais pour beaucoup d'élus, les collectivités locales ne peuvent pas se permettre un tel investissement.
France 2 – Journal 20H le 13/12/2016 Plusieurs gares situées en rase campagne sont montrées du doigt par la Cour des comptes. Exemple près de Montpellier (Hérault). Des gares quasiment vides, loin des centres-ville, posées en plein milieu des champs, et qui ont coûté plusieurs millions d'euros. En France, les exemples de gares TGV excentrées sont nombreux, la Cour des comptes parle de gâchis. Et pourtant les constructions continuent. À 20 minutes de Montpellier (Hérault), une nouvelle gare, la Mogère, sort de terre. Coût de ce chantier gigantesque : 142,7 millions d'euros. Quatre TGV par jour Pour son ouverture en 2018, la SNCF a annoncé seulement 4 TGV par jour, contre 32 par exemple à Valence-TGV. Le nouveau bâtiment fait polémique, surtout que Montpellier a déjà une gare, située en plein centre-ville, et rénovée il y a deux ans. 10 000 m2 avec huit voies, des commerces, un quartier d'affaires, un projet nécessaire selon le maire de Montpellier. Première raison : éloigner les trains de fret pour désengorger la gare du centre-ville. "Il y a une deuxième raison importante, c'est la future connexion avec la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan-Barcelone", assure Philippe Saurel, maire divers gauche de Montpellier. Mais pour beaucoup d'élus, les collectivités locales ne peuvent pas se permettre un tel investissement.
France 2 – Journal 20H le 13/12/2016 Plusieurs gares situées en rase campagne sont montrées du doigt par la Cour des comptes. Exemple près de Montpellier (Hérault). Des gares quasiment vides, loin des centres-ville, posées en plein milieu des champs, et qui ont coûté plusieurs millions d'euros. En France, les exemples de gares TGV excentrées sont nombreux, la Cour des comptes parle de gâchis. Et pourtant les constructions continuent. À 20 minutes de Montpellier (Hérault), une nouvelle gare, la Mogère, sort de terre. Coût de ce chantier gigantesque : 142,7 millions d'euros. Quatre TGV par jour Pour son ouverture en 2018, la SNCF a annoncé seulement 4 TGV par jour, contre 32 par exemple à Valence-TGV. Le nouveau bâtiment fait polémique, surtout que Montpellier a déjà une gare, située en plein centre-ville, et rénovée il y a deux ans. 10 000 m2 avec huit voies, des commerces, un quartier d'affaires, un projet nécessaire selon le maire de Montpellier. Première raison : éloigner les trains de fret pour désengorger la gare du centre-ville. "Il y a une deuxième raison importante, c'est la future connexion avec la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan-Barcelone", assure Philippe Saurel, maire divers gauche de Montpellier. Mais pour beaucoup d'élus, les collectivités locales ne peuvent pas se permettre un tel investissementPour lire l'article entier : Montpellier : Une gare à 140 millions d'euros va ouvrir pour  4 tgv par jour

Pour lire l'article entier dans le journal Entreprise News  : cliquez : 

A Montpellier, une gare à 140 millions d’euros va ouvrir pour 4 TGV par jour

   

Page 8 sur 144

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.