::Chercher sur le site

....TGV en Albret est sur Facebook

Cliquez

FACEBOOK

 

Vidéo de l'actualité

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

LGV: Une signature toujours (très) partielle !

8 avril 2011- Le Sud-Ouest

Les Girondins se sentiront seuls, à Bordeaux, pour signer la convention financière.

Le préfet de région rêvait sans doute de boucler son séjour bordelais par cette séance solennelle de signature du volet aquitain de la convention financière de la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux. Elle est la dernière étape avant la signature du traité de concession avec le groupement conduit par Vinci et le lancement effectif des travaux. Les collectivités locales aquitaines doivent apporter 841 millions d'euros à ce projet estimé à près de 7 milliards d'euros en 2009. Alain Rousset et Vincent Feltesse viendront confirmer l'engagement de la Région et de l'agglomération bordelaise à hauteur de 306 millions et de 127 millions d'euros. C'est Gilles Savary, le vice-président du Conseil général, qui honorera la signature du Conseil général de la Gironde (143 millions d'euros). Le Département de la Dordogne ne signera pas pour les 15 millions demandés, faute d'avoir obtenu satisfaction sur la RN 21 et le contournement de Périgueux. Ni Henri Emmanuelli, pour les Landes, ni Pierre Carmani, pour le Lot-et-Garonne, ne feront le déplacement bordelais, faute d'être mandatés par une délibération de leur collectivité.

Lire la suite : LGV: Une signature toujours (très) partielle !

 

À 30 ans, le TGV cherche un nouveau souffle

Ndlr TGV-Albret: Lire aussi (Les Echos) cliquez : Il manque 1 milliard d'Euros par an pour renover le réseau ferroviaire

Lire aussi (Les Echos) cliquez : RFF tire l'alarme

Lire aussi: (Le Figaro) cliquez : Le manque d'investissements ménace le TGV

6 avril 2011 - Le Figaro par Valérie Collet

LGV_a_trente_ans
«Actuellement, 30% des lignes TGV ne sont pas rentables», souligne Barbara Dalibard, la directrice générale en charge de la branche voyage de la SNCF. Crédits photo : EDMOND PINAUD/AFP.

Il y a trois décennies, le premier TGV reliait Paris à Lyon en 2h40. Mais le pionnier de la très grande vitesse dans le monde n'est plus le champion de la SNCF.

Ni feux d'artifice ni confettis, la SNCF prépare un anniversaire relativement discret pour les 30 ans de son TGV. Un «TGV anniversaire» circulera dans toute la France à partir de jeudi et jusqu'à la mi-juillet. En septembre -l'inauguration avait eu lieu le 22 septembre 1981- un événement festif est… encore à l'étude. L'exubérance n'est manifestement pas de mise. Une fois passée la nostalgie de revoir la locomotive et les rames orange d'Alstom, la déco rétro des trains et la fierté cocardière d'avoir donné naissance au train le plus rapide au monde, que reste-t-il aujourd'hui du fleuron de l'industrie ferroviaire?

Depuis quelques années, le président de la SNCF lui-même s'efforce de dégonfler le mythe TGV: «sur dix voyageurs transportés par la SNCF chaque jour, neuf ne sont pas dans des TGV», rappelle Guillaume Pepy, pour qui la priorité réside désormais dans les «trains du quotidien», les Trains express régionaux, les Transiliens, les trams… Il a même qualifié de «niche» l'industrie ferroviaire dédiée au TGV.

Financièrement, l'activité n'est plus le gisement de profits qu'elle a été: «Jusqu'en 2007, les bénéfices du TGV faisaient vivre la boîte», résume Guillaume Pepy. «Actuellement, 30% des lignes TGV ne sont pas rentables», souligne Barbara Dalibard, la directrice générale en charge de la branche voyage.

Lire la suite : À 30 ans, le TGV cherche un nouveau souffle

 

A deux chiffres : la prévision escomptée de rentabilité pour le Privé

5 avril 2011 - Blog de Sud-Ouest - Réaction de Pierre Pedaugez, Biarritz (64)

A deux chiffres vous dis-je !  Et aux environs de 15% semble être la prévision escomptée de rentabilité    du groupe Vinci et consorts, au sujet du cofinancement apporté à  la construction de la ligne grande vitesse (LGV) Tours - Bordeaux. Outre l’argent fourni par l’Etat et les collectivités emprunté obligatoirement auprès des banques privées, (non sens économique pour les finances publiques), le groupe serait contraint de faire un emprunt de trois milliards d’euros sur les huit du projet.

Subodorant qu’une autre formule qui pourrait être encore plus juteuse pour le groupe, celui-ci proposerait la formule partenariat public - privé ( PPP) c’est-à-dire que Réseau ferré de France (RFF) serait le locataire pendant au moins cinquante ans du groupe Vinci, étant donné que celui-ci aura financé le projet. Ce qui est scandaleux et que je dénonce c’est que de toute façon, l’Etat, RFF et la collectivité devront passer sous les fourches caudines du financement des banques privées. Ce que je dénonce également vigoureusement c’est que l’Etat ne peut plus prêter à taux zéro aux collectivités pour quelque motif que ce soit, ceci depuis 1973 et aujourd’hui imposé par le Traité de Lisbonne.

Lire la suite : A deux chiffres : la prévision escomptée de rentabilité pour le Privé

   

L'association Alternative LGV saisit un cabinet d'étude

31 mars 2011 - Le Sud-Ouest

Bernard Péré, conseiller régional d'Aquitaine et écologiste reconnu. KARINE DANABORGA

LGV_Alternative_saisit_etudeA la demande du Comité layracais de soutien au projet alternatif « TGV sur les voies existantes », vendredi dernier, s'est tenue une réunion publique traitant des conséquences de la ligne LGV avec la participation d'élus et de représentants d'associations militant en faveur du TGV sur les voies existantes.

Dans les salles, toutes les personnes sont du même avis : « Personne n'est opposé au progrès, mais pourquoi détruire 3 500 hectares de terres agricoles, de forêts, exproprier des familles pour créer une infrastructure de cette ampleur alors qu'il serait plus raisonnable de réaménager la ligne existante. L'aspect énergétique doit être pris en compte, car avec l'augmentation de la vitesse, le TGV va consommer quatre fois plus ».

Lire la suite : L'association Alternative LGV saisit un cabinet d'étude

 

Mensonge par omission

28 mars 2011 - Par Michel Normand

Pourquoi  l'article de l'Expansion (voir ci-dessous) n'est pas complet , comme celui du Sud-Ouest d'ailleurs ?

LGV_Article_sud_ouest_normandRéaction de Michel Normand au Sud-Ouest : Suite à l'article du Monde ( du 26 mars ) que nous avons mis sur notre site , le journal Sud-Ouest en a publié , dans son édition du samedi 26 mars un compte - rendu en occultant totalement tout ce qui a trait à la LGV .

Où sont les passages concernant les péages " dissuasifs" prévus sur Tours - Bordeaux par RFF ? Le Camarade Socialiste Président de la Région Aquitaine fait-il peur à la Direction de Sud-Ouest ?

Alors que le transport ferroviaire est par nature non rentable selon G Pépy , on peut s'interroger sur la part de financement apportée par le privé….Que cela cache-t-il ?

??? ??? ????????? ???, ?? ?? "??????? ???? ??"??? ?????????.

???? ????? ?? ?????? ??????-?? ??????? ? ????????????? ??????, ??????? ????????? ??????? ??? ???????, ??????? ?? ?????, ??? ??? ??????? ?????.

??????? ????? ? ?????????? "??????? ????????? ??? ?????????? ???????"? ???? ??????? ? "??????? ???? lada racing club"??????? ? ????? ?? ?????, ??? ??? ???? ? ????? ???? ?????????? ?????.

????? ??????, ???????? ??????, ????????, ??????? ???? ???????? ??????; "??????? ????? ????? ???????"?? ???????? ?????????? ?????? ??????? ? ????? ???????????, ?????, ??? ? ???? ????? ???????.

??? "??????? ????????? ??? ??????????? ?? ??????????? ????? ?????"???-?? ????????? ? ????? ?????.

????, ?? ??????? ?? ?????? ??? ?????????, ?????!

   

Page 144 sur 146

«DébutPrécédent141142143144145146SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.