::Chercher sur le site

Vidéo à voir

LGV photo christophe jacquet Construction Site of LGV Rhin-Rhône near Villargent in July 2008 - Westbound

 
Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

LGV Bordeaux-Toulouse : 4,1 milliards deuros sans les surcoûts

19 décembre 2011- La Dépêche

Aujourd'hui se tient un Comité territorial qui va évoquer le tracé de la ligne Toulouse-Bordeaux./DDM
Aujourd'hui se tient un Comité territorial qui va évoquer le tracé de la ligne Toulouse-Bordeaux

Attendue à Toulouse en 2019 ou 2020, la ligne à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et la ville rose coûtera 4,1 milliards d'euros entre les études et la construction selon les chiffres du ministère des Transports de janvier. Les écologistes du conseil régional évoquent quant à eux une facture de 5,2 milliards.

Mais certains élus qui participent au comité territorial (Coter) commencent à s'interroger sur ce chiffrage. Réalisé en 2009, il pourrait s'alourdir d'ici la livraison finale de la ligne. En effet, le coût devra être actualisé sur la période 2009-2020 ce qui fait craindre un manque de financement. Les collectivités locales ont en effet été fortement sollicitées par l'état pour participer au tour de table de la LGV aux côtés de Réseau Ferré de France (RFF) et de l'Europe. Ainsi, la Région Midi-Pyrénées engagera 800 millions d'euros sur le grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) c'est-à-dire sur la ligne grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse et entre Bordeaux et le Pays Basque espagnol.

Une nouvelle rallonge serait très difficile à trouver pour les conseils généraux, les communautés d'agglomération ou la Région, dont les budgets sont de plus en plus corsetés. Et la question du coût n'est pas la seule préoccupation des collectivités.

La ministre veut réévaluer la pertinence économique

La ministre des Transports, Nathalie Kociusko-Morizet a jeté un froid, vendredi, lors de la clotûre des assises ferroviaires à Paris. Elle a demandé que les projets ferroviaires annoncés ou prévus, mais non engagés soient soumis à l'évaluation d'une mission indépendante qui jugera de leur «pertinence économique.» Le prolongement du TGV au sud de Bordeaux répond justement à ces critères. Même si l'annonce n'a pas été confirmée, des opposants basques et lot-et-garonnais qui fustigent le coût du projet au regard des besoins ont déjà exprimé leur satisfaction.

 

Une LGV diminue-t-elle lattractivité dune ville ?

21 juillet 2010 - LGV-Limoges Poitiers info (Etude Les Echos)

NdlR: Vous voulez encore des arguments ?????

LGV PL : l'imposture - LGV : impacts socio-économiques

Les grands élus de nos régions et les promoteurs de LGV évoquent l'enclavement de leur territoire comme facteur contrariant de l'attractivité de leur métropole. Est-ce une illusion, ou bien une idée vérifiable ? Si la desserte d'un territoire augmentait son attractivité, nous verrions une juxtaposition des LGV et des villes les plus attractives de notre territoire. Les villes les plus éloignées du réseau grande vitesse seraient les lanternes rouges de ce palmarès d'attractivité des villes.

Or une telle étude vient d'être réalisée et publiée dans Les Echos. Tenez vous bien ! En tête du palmarès : Ajaccio, Bastia, Arcachon… Sur 3 villes gagantes, deux sont en Corse !!! Le clou de ce palmarès est que les villes les mieux desservies par les LGV sont les lanternes rouges de l'attractivité socio-économique.

LGV_Limoges_Poitiers_020636660320_web

Cette carte est presque un négatif de la carte des LGV. Ce tiercé gagnant est inattendu pour les décideurs de l'aménagements du territoire. Des chercheurs de l'université Paris-Dauphine ont mesuré l'effet des politiques urbaines et l'attractivité d'une centaine d'agglomérations dans une étude dont « Les Echos » ont l'exclusivité. Cette nouvelle France est coupée en deux : les petites villes du Sud l'emportent et pas seulement pour leur dynamisme économique.

Il serait temps, grand temps, que nos grands élus régionaux et nationaux et autre décideurs politiques des CCI, CESR recoivent un grand seau d'eau froide sur la tête pour sortir de cette illusion bornée qu'une LGV prestigieuse suscitera le miracle socio économique espéré pour leur région, et leur métropole. Il faut en finir de cette politique de prestige économique désastreuse et ruineuse. Qu'ils regardent la réalité en face, qu'ils s'inspirent de l'étude réalisée déjà en 2006 à l'université de Reims sous la direction de Marie Delaplace sur les impacts socio économiques des LGV qui prouve qu'il n'y a pas de miracle socio économique à attendre d'une LGV. Qu'ils arrêtent de se faire et de nous maintenir pigeons de ce charme dépassé au profit des grands groupes d'entreprises financières des BTP.

Lire la suite : Une LGV diminue-t-elle lattractivité dune ville ?

 

La LGV « SUD » devra être (ré)évaluée

19 décembre 2011 - http://www.20minutes.fr

NdlR- TGV Albret : Très bonne nouvelle ! ( mais il faut continuer de nous battre !) Voir aussi le message de Victor Pachon ( Nos collègues Pays Basque)

Bonjour, La presse se déchaîne: La LGV en passe d'être abandonnée.
Tout d'abord les conclusions des assises du ferroviaires sont une excellente nouvelle mais ce n'est pas encore une décision. Les rumeurs sur une nouvelle étude commandée par la ministre ne sont pas encore confirmées. Les groupes de pression en faveur des LGV vont faire feu de tous bois. Des manoeuvres politiques sont encore possibles. Nos positions se renforcent de plus en plus mais notre mobilisation ne doit pas se relacher



Transports

L'annonce s'est répandue à très grande vitesse dans les couloirs des collectivités territoriales du Sud-Ouest ce week-end. A l'issue des Assises du ferroviaire, qui s'achevaient le 16 décembre, la ministre de l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé que tous les projets de ligne à grande vitesse prévus, mais non engagés, devraient être analysés au préalable par une mission d'évaluation indépendante, dont le rôle sera de juger de leur « pertinence économique ». Le prolongement de la LGV au sud de Bordeaux vers Toulouse et l'Espagne, s'il n'est pas nommé expréssement, fait partie de ces projets « non engagés ». Pour les opposants, au Pays Basque mais aussi dans le Lot-et-Garonne, c'est une victoire. La plupart estiment qu'un prolongement de la LGV est possible sur les voies existantes, alors que le projet actuel prévoit de créer de nouvelles voies. Montant de l'opération : 10 milliards d'euros. Financé entièrement par l'argent public, un partenariat public privé n'étant pas envisagé pour ce dossier.

Demie-surprise


L'annonce de la ministre n'est qu'une demie-surprise. Le système ferroviaire français est déficitaire de 1,3 milliard d'euros par an, souligne l'élu girondin Gilles Savary, président de l'une des quatre commissions des Assises. L'économiste Gilles Baverez, président de la commission financement, avait annoncé dans ses conclusions : « Il faut donner une priorité en faveur de la rénovation du réseau existant (...) et un moratoire serait souhaitable sur tous les autres projets ferroviaires du Grenelle de l'Environnement. » Les collectivités du Sud-Ouest continuent de se positionner sur l'un des quatre tracés de la LGV proposé par Réseau Ferré de France. La plupart des élus ne se disent « pas inquiets » par ces déclarations. Pour l'instant.

 Mickaël Bosredon
   

L'impossible dialogue entre RFF et la Coordination anti-LGV

8 décembre 2011- Le Sud-Ouest

Les anti-LGV ont honoré l'invitation de RFF. Pour rappeler leur opposition catégorique au projet.

 La rencontre entre Patrick Castan (debout à gauche) et les représentants des associations a tourné court.  Photo j.-l.borderie

La rencontre entre Patrick Castan (debout à gauche) et les représentants des associations a tourné court. PHOTO J.-L.BORDERIE


Un quart d'heure et puis s'en va. Programmée hier matin dans les locaux de la Direction départementale des territoires (DDT), la réunion entre RFF et les associations de la Coordination anti-LGV a tourné court. 15 adhérents avaient répondu à l'invitation lancée. Devait leur être présentée « l'insertion du tracé tel que travaillé depuis le comité de pilotage du 23 juin pour le département », explique Patrick Lacan, chef d'unité de RFF chargé de la mission du grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO). Sur le parking agenais des services de l'État, le désormais célèbre camion jaune des anti-LGV garé donnait la couleur. « Nous étions invités, nous sommes donc venus, évoque Charles d'Huyvetter, président de TGV en Albret. Mais nous n'acceptions sur aucun point ce tracé. On ne veut pas en entendre parler. On leur a donc fait savoir. »

Lire la suite : L'impossible dialogue entre RFF et la Coordination anti-LGV

 

Fête de larbre

26-27 novembre 2011 - Conservatoire Végétal à Montesquieu.

 fte_de_larbre_26-27nov_2011_003fte_de_larbre_26-27nov_2011_005

  

??, "?????? ?? ????????????? ? ??????" ??, ???????, ? ???? ???????????? ??????????? ????????.

? ???? ????????? ???????????, "??????? ? ????????????? ??????????? ? ????????. ???. ?????" ??? ? ???? ?????? ?????? ??? "The Mill on the Floss" ??? ????? ???? ????? ??????? ????, ????? ???????? ????.

??? ??? ???????, ??? "??????????? ?????????????? ?????? ?????????? ????????? ?? ????????? ?? 1 ?????? 2012 ?. ? ?????? ?????????, ????????? ???????????? ???????? ?? 3 ??????? 2011 ?. ? 389-??, ?? 8 ??????? 2011 ?. ? 422-??" ? ??????? ???????? ???????? "????? ?????????? - ???? ???????" ? ???, ??? ??? ????????????? ???????.

????? LXI ???? ??????? ? "???? ??.3" ???????? ????? ? ?? ?? ???????, ????? ?????? ??????? ?? ???? ? "??????? ?????????" ??????? ?? "? ? ??????? ???????? ????????" ?????????.

??????, ???????, ? ???? ???,-???????? ?????.

?? ???????? ?? ????? ?????? ??? ????????? "????????? ???????? ?? ????????? ???????? ?? ?/?" ????? ???, ????? ?? "??????? ???" ???????? ? ????? ?? ???, ??? ? ?? ???????.

   

Page 162 sur 179

«DébutPrécédent161162163164165166167168169170SuivantFin»
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.